Overlay | VanRoey.be

Patronus aide à surmonter les peurs grâce à la Réalité Virtuelle

Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La thérapie d'exposition en réalité virtuelle (VRET) est une technique psychothérapeutique qui permet de traiter l'anxiété en exposant le patient à des stimuli d'anxiété dans des conditions contrôlées dans un environnement virtuel. Les stimuli sont systématiquement amplifiés, repoussant à chaque fois les limites pour le patient, ce qui permet finalement de maîtriser sa peur. Cette application de la réalité virtuelle est utilisée avec succès depuis plusieurs années.

Cependant, il reste quelques défis à relever et VanRoey.be, avec le consortium de partenaires de Patronus offrir une solution :

1) Représentativité du scénario virtuel

Il va sans dire que le scénario doit être représentatif de la réalité. Si un patient se trouve dans un environnement virtuel, il doit pouvoir vivre la même expérience que dans une situation réelle. C'est pourquoi des prototypes de scénarios sont d'abord développés par Preview Labs. Si ceux-ci démontrent la représentativité souhaitée, Preview Labs développe Bazookas Il s'agit d'un processus intensif, mais la technologie de la RV est désormais suffisamment avancée et la puissance de traitement nécessaire pour élaborer des scénarios réalistes est disponible.

2. un algorithme précis pour déterminer le niveau d'anxiété

La mise au point d'un algorithme capable de déterminer très précisément le niveau d'anxiété du patient à partir des données des capteurs constitue un défi majeur. Les psychothérapeutes de Le lien humain nous a appris qu'avec le soi-disant SUDS-score (Subjective Units of Distress Scale), un patient indique à quel point il se sent anxieux à ce moment.

Cette information est nécessaire pour observer l'intensité des stimuli - auxquels le patient est exposé - et ensuite pour suivre les progrès. Aujourd'hui, ce score est déterminé en faisant régulièrement évaluer l'anxiété du patient de 0 (minimum) à 100 (maximum).

Imec-MICT-UGent développe des capteurs - qui peuvent être transformés en vêtements - pour mesurer toutes sortes de réactions physiques. Le but est alors de cartographier les niveaux d'anxiété objectifs et de les comparer avec l'expérience du patient. Cela permet de compléter la réflexion du patient si nécessaire, ce qui rend le traitement encore plus précis. Les données des capteurs sont évaluées par les chercheurs de UGent-IDLab Un aspect important ici est la détermination des facteurs qui influencent le score SUDS mentionné ci-dessus.

3. un scénario de RV adaptative

Le but ultime est un algorithme qui utilise les données des capteurs pour déterminer le score SUDS d'un patient et qui ajuste automatiquement l'intensité des stimuli d'anxiété en conséquence. Le scénario de RV réagit de manière adaptative à l'expérience du patient, permettant une rétroaction directe entre le niveau d'anxiété et les stimuli d'anxiété. Le résultat est un traitement meilleur et plus précis.

La réalité virtuelle permet de donner des "devoirs" au patient et de lui permettre de terminer les séances prescrites de manière indépendante. Le patient n'est donc pas toujours dépendant de la disponibilité d'un psychothérapeute, ce qui permet un traitement rapide avec des exercices variés.

4. plate-forme et tableau de bord du nuage

VanRoey.be a une part importante dans le projet Patronus, où notre équipe de l'IdO a deux responsabilités spécifiques :

  • La mise en place de l'ensemble de la plate-forme en nuage nécessaire à la communication des données (Microsoft Azure) ;
  • Création d'un tableau de bord pour le psychothérapeute : il peut ainsi mettre en place des séances pour les patients et suivre les progrès.

Vers une meilleure qualité de vie grâce à l'IdO, l'AI et la RV

Patronus se concentre sur le traitement de trois troubles de l'anxiété : la claustrophobie, la peur de la voiture et le trouble panique. À cette fin, des scénarios dans un ascenseur et dans une cabine ont été développés dans lesquels différents paramètres peuvent être réglés via le tableau de bord et qui peuvent générer des plaintes pouvant provoquer de l'anxiété. Pour un trouble panique, par exemple : la vision dans les tunnels, la vision de points noirs ou des vertiges.

VanRoey.be est très heureux de faire partie du consortium Patronus. Les nombreuses années d'expérience dans le domaine de l'infrastructure en nuage et du développement de logiciels nous permettent de contribuer activement à ce projet prometteur. Avec une première preuve de concept (PoC), Patronus est sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs. De nombreuses données ont déjà été saisies et des psychothérapeutes sont consultés pour en étudier la pertinence. Un tableau de bord expérimental montre les possibilités du concept et sera développé dans une phase ultérieure.

Pendant ce temps, les travaux se poursuivent en vue d'un deuxième PdC, où l'algorithme est formé et le scénario de RV fonctionne de manière adaptative en fonction du score SUDS.

26/11 : Événement Patronus (Gand)

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce projet Patronus, venez à la Événement de patronage à De Krook à Gand  (Inscrivez-vous ici) et, en plus des démonstrations en temps réel, obtenir plus d'informations sur la thérapie d'exposition à la réalité virtuelle.

"Patronus se concentre sur le traitement de trois troubles de l'anxiété : la claustrophobie, la peur de l'automobile et le trouble panique".

Écrit par :

Hans Versmissen
Rédacteur

Un touche-à-tout créatif et expérimenté, c'est Hans. Sa formation d'ingénieur et de consultant en affaires, ses atouts dans son rôle de rédacteur indépendant chez VanRoey.be.

Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Informations connexes

"Nous sommes le guide de confiance pour votre voyage numérique, afin que vous puissiez créer des choses merveilleuses" - C'est notre mission. Aujourd'hui, la stratégie de croissance de toute organisation doit avoir une composante numérique. Les entreprises, la stratégie et les TIC ne peuvent pas se passer les unes des autres.